Préserver l’excellence des lentilles montées sur un caisson paraît tellement basique pour chacun, que malgré tout, nous oublions souvent l’essentiel : comment les protéger.

Suivant leur courbure, leurs degrés de finition à la fabrication (micro-rayures), leur traitement de surface, chaque optique « agrippe » différemment les gouttes d’eau, qui suite à une immersion sont oubliées par l’opérateur de prise de vue, l’assistant responsable de maintenance ou le propriétaire du matériel.
Chaque omission dégrade plus ou moins lentement la qualité optique de cet élément indispensable, interface essentielle entre l’eau et le capteur de votre caméra.

Action :
Lors de la fin de plongée, généralement vous rincez votre matériel avec de l’eau douce, puis laissez sécher le tout, soit avec l’air du temps, soit avec le reste d’air contenu dans votre bloc de plongée.

Réaction :
Il faut absolument prendre le temps d’essuyer manuellement la surface frontale de votre optique.
Pourquoi ?
Les gouttes restées sur la lentille, suite à leur évaporation, laisseront des résidus secs à la surface de votre optique (calcaire, sels, polluants…)
Petit à petit, de petites taches vont apparaître, puis s’élargir jusqu’à former un voile léger, d’abord imperceptible puis nettement visible.

Nettoyage des optiques sous-marines

Conséquences :
Dans beaucoup de cas, dans les premiers temps, c’est seulement dans les plans à contre jour que des reflets apparaissent dans les images.
Puis petit à petit, le point devient difficile à réaliser et le piqué d’image est « mou »…

Cela n’arrive qu’aux autres :
Ce phénomène est naturel sur toute la planète, plus ou moins accentué suivant la région d’immersion.
Il peut être facilement observé dans notre environnement quotidien comme, à l’excès, sur cette porte de douche.

Précautions :
Essuyer et sécher soigneusement votre caisson et plus particulièrement votre lentille.
Ne pas remettre la bonnette de protection de la lentille alors qu’elle est humide.
Ne pas stocker le caisson dans une valise aux mousses gorgées d’eau : les chocs thermiques naturels et quotidiens provoquent des gouttelettes d’eau…

Remèdes :
Seul un polissage mécanique, respectant la courbure ou le plan de votre lentille permet de retrouver ses caractéristiques d’origine.
Cette intervention, très technique, n’est pas toujours possible à cause des impératifs d’intervention :
– Il faut démonter le bloc optique afin de pouvoir retravailler uniquement la lentille frontale,
– Connaître les caractéristiques de la sphère ou de l’asphère de la lentille,
– Connaître la nature du verre,
– Polir lentement et longuement la surface,
– Refaire un traitement de surface et renoircir les bords si besoin,
– Remonter le bloc optique sous vide d’air,
– Tester sa conformité optique et son étanchéité.
Eh oui, pas aussi simple que cela pourrait le laisser paraître…

Mais parfois c’est impossible :
Caractéristiques de la lentille inconnues,
Démontage impossible (sertissage, risque de bris…),
Pas de suivi fabricant ou fabricant trop éloigné pour assurer le service etc

Conclusion :
Mieux vaut quelques gouttelettes de sueur supplémentaires, qu’un polissage optique.

A bon entendeur, bonnes images.